Or donc, avant la piqûre fatale...

Or donc, avant la piqûre fatale...

par Félix Niesche

Or donc, avant la piqûre fatale...

...qui crèvera de sa pointe aiguisée l’enveloppe fragile de la Monade sans fenêtre, laissant filtrer vicieusement un Vouloir étranger, sous la forme de l’ARN messager de la pire nouvelle, celle de la perte de son immunité idiosyncrasique, tentons un peu de comprendre la cause matérielle de cette profanation ontologique.

 

Il y a d’abord une cause systémique. Confronté à la baisse de son taux de profit, dans l’impossibilité d’investir une part croissante de ses giga-capitaux dans la vente de produits pharmaceutiques classiques, le Big Pharma en crise a été le centre du passage brutal à la dictature la plus hypocrite.
Son but, créer un marché captif. Plus exactement, rendre les consommateurs pharmacodépendants par la terreur de la maladie, comme la Maffia de la drogue rend ses clients accros.

Il faut lire le Knock de Jules Romain. Ce qui fut fait dans la fiction à l’échelle d’un département français, l’a été dans la réalité, à l’échelle mondiale.

C’est par le biais de ce sinistre projet maffieux totalitaire que le Big Pharma entend pérenniser son existence capitaliste. La racaille des gouvernements mondiaux étant leurs sinistres valets. La racaille médicale sa complice.
Depuis Molière les médecins n’ont pas changés, ils restent de pédants ignares, mais leur ignorance est devenue savante grâce à l’apprentissage par cœur des nomenclatures des médicaments et de leurs effets, et une connaissance acquise dans les entrailles des pauvres maccabées sans sépulture fixe, découpés par leurs soins rigolards dans les amphithéâtres. Ce qui permet psychologiquement aux étudiants en médecine de renforcer leurs mauvais penchants, leur cynisme et leur arrivisme naturels. D’où la foule de ces adjudants haineux en blouse blanche qui aboient dans le poste depuis un an et demi.

Les docteurs Delépine, Louis Fouché, le Pr Raoult, Alexandra Henrion-Caude, et tous les autres, les vrais disciples d’Hippocrate de Cos, ne sont pas emblématiques de la profession, ils en sont l’exception, l’élite, hommage leur soit rendu, à jamais, avant de rendre l’âme.

La volonté de Big Pharma est totalement en accord avec celle de Big Tech et de Big Bang.
Big Tech ou Big Data, le GAFAM est l’autre grand gagnant de la tyrannie sanitaire, nul n’en ignore. Sa vision dernière d’une société Amazonienne rejoint parfaitement celle du Big Pharma. Des larves moribondes en congé maladie et accros aux drogues pharmaceutiques, voilà la clientèle idéale du commerce numérique et de la débilité virtuelle

Les labos pharmaceutiques sont plus ou moins fusionnés avec l’Armée, l’OTAN, le Big Bang. Et le Big bang bang veut aussi pérenniser sa nécessité et créer une société militarisée. En d’autres termes la suite logique de cette reconfiguration de l’économie sous la férule du capital financier mondial va déboucher sur la dictature militaire effective. Les Chicago-boys ont fait Pinochet.

Après que trois building réels se sont mystérieusement effondrés par les effets terminaux d’un seul avion virtuel déstocké en ligne dans le Cloud, Nato est parti en guerre contre Saddam, soit un régime anti-islamique. Ensuite l’impérialisme neo-con a mené toutes ses guerres avec l’allié islamique qui a fait du bon boulot.
Terrorisme, État d’urgence, Fascisme sanitaire. Mon dieu comme le temps passe.
Notez : Vigipirate, État d’urgence, couvre-feu, arrêts domiciliaire, confinements, et maintenant le variant Delta-bravo, le rhume Charlie bravo. L’alphabet phonétique de l’OTAN.
Mieux vaut le dire avant, car demain il sera trop tard. Car ces gens sont surarmés et nous pas. That is the great question. Le reste est littérature....

L’inoculation forcée va générer obligatoirement des réfractaires. L’aiguille empoisonnée a déjà traversé la chair (la masse stupide) les tendons et les muscles (les jeunes qui veulent un petit peu vivre), elle est arrivé maintenant à l’Os. Au Noyau dur. Le Réfractaire qu’il faudra shooter de force ou jeter dans des camps.
Déjà, dans Les Landes, le premier camp de concentration est ouvert. Ce n’est pas un stade comme au Chili, mais un ancien lycée professionnel.

Voici les prévisions météorologiques : à la rentrée, la « 4è vague » déferlante sera évaluée comme un Tsunami de cas catastrophiques de contamination, exigeant un reconfirmament solaire. Les non-vaccinés seront désignés comme boucs-émissaires, et le GVNMT va décréter la vaccination obligatoire, sous peine d’internement dans ces camps de concentration.

La contestation efficace de cette politique totalitaire est d’abord venue du vieux capitalisme industriel qui se voit définitivement relégué à la portion congrue, d’où le caractère inachevé et périphérique de cette contestation. Sur Radio-bourgeoisie par exemple, on est contre les Aùsweis obligatoires mais presque tous les intervenants affirment être « vaccinés ».
Je dis Aùsweis parce qu’il est du dernier chic, à droite comme à gauche, de relier le fascisme pharmaceutique actuel au national-socialisme défunt.
Ce qui est parfaitement stupide, est il besoin de le souligner ?

Le National-socialisme voulait la santé de son peuple, à défaut de celle des autres : il était centrifuge. Le centre contre la périphérie. Il visait à la puissance et à l’expansion, à l’espace vital. Il tenait les ploutocrates sous sa férule. Il était cynique.

A contrario l’actuel fascisme sanitaire vise au confinement, au rabougrissement, il excite la périphérie contre le Centre (l’immigration, la repentance), il vise l’abaissement de la grande santé qui est volonté de puissance. Il veut des peuples velléitaires et valétudinaires. Quant à la ploutocratie mondiale, ce fascisme est son laquais le plus obséquieux et le plus vicieux. Il est hypocrite, grotesque et d’une sinistre médiocrité.

Hegel n’avait pas envisagé l’Alzheimer de l’Esprit. Ni Marx la racisation décoloniale du Prolétariat.

Marcuse disait que l’on avait remplacé les personnages sublimes du roman classique par des voyous et des gangsters dans un processus de « désublimation répressive ». Ces modèles ont été, à leur tour, évincés au profit de la Fliquette et du Chirurgien africain, ces deux figures du neo-fascisme sanitaire très Yin qui s’est installé sans fard, mais avec masque en mars 2020.

Parallèlement, à gauche, on retrouve la même ligne de défense de la liberté de choix. Ainsi du « Collectif Ami Entends-tu ». Ce Collectif anti passe sanitaire de gauche et féministe dit en substance : en fait je suis vaccinée, mais je ne veux pas obliger les autres à se vacciner, si tel n’est pas leur choix, en fait.
Hier elles auraient pu dire : « Je prends la Pilule mais je ne veux pas enfermer les malheureuses mères poules arriérées dans des poulaillers. »

Parce que, voyez-vous, Pilule et Piqûre ont beaucoup de ressemblances.
D’abord elles relèvent toutes les deux du « penser abstrait ».

La Pilule était LA Contraception. Le shoot génique est LA Vaccination. Ainsi la plupart des gens disputent non sur les produits réels mais pour ou contre LA Vaccination.

Être contre la Pilule était être réputé être contre « la Contraception », en soi, donc ennemi de « la liberté sexuelle de la Fâme ». Être contre la piqûre ADN serait être contre « la Vaccination », donc ennemi de la santé des autres.

La Pilule remplace le cycle naturel de la femme par un cycle artificiel. Le cycle naturel des femmes, était en écho intime avec le cycle cosmique, celui de la lune. « Elle a ses Lunes », disait-on jadis, d’une femme indisposée. Puis le produit chimique impose son cycle artificiel à la femme ainsi tombée sous la nouvelle loi.
Le produit empêche les ovaires de libérer des ovules, et les hormones endogènes superflues sont évacuées dans les urines.
Avec des résultats que l’on ne sait pas. (Cf Fragrans feminae)

Idem pour le Shoot génique qui inocule on ne sait quelles substances, « ARN messager, protéine Spike » que sous le nom de vaccin, nous font injecter des gens qui a priori, à première vue, pourraient jouer les pervers narcissiques serial-killer dans les séries TV bas de gamme.
Le produit ainsi injecté trafique avec les lots de chromosomes du sujet dans le but de remplacer son immunité naturelle par une artificielle. Comme la pilule.

Pourtant,
le représentant de Moderna admet que la pseudo « vaccination » n’en est pas une, mais une gigantesque expérimentation in vivo.
D’autres agités de la Seringue expliquent un peu partout que le « variant » incriminé est précisément celui qui n’est pas combattu efficacement par la « vaccination ».

L’obligation pour tous de recevoir le shoot génique, excepté pour les FDO est le détail qui tue ! En effet, si ces injections à l’ARN étranger étaient vraiment vaccinales, donc bienfaisantes pour la santé, on obligerait les FDO à les recevoir, pour les garder en bonne forme. Le contraire est l’indice qui révèle à ceux qui manquaient de l’Odorat suffisant, la nature de ce pouvoir qui répand une telle odeur de sanitaire bouché. La perspicacité, la clairvoyance, la conscience politique sont dans l’histoire l’équivalent de l’Odorat dans la nature.
Un tel pouvoir ennemi du peuple a besoin de brutes solides et bien nourries, pas de loques drogués incapables de se traîner.

Heureusement le Maurassique parc se précipite en renfort des gouvernements en nommant cette politique d’abaissement de la santé publique, son piquage du peuple comme du bétail, de « progressisme ».
Ce qui permet à la vraie gauche progressiste, genre SUD RAIL d’affirmer que « la vaccination générale à l’échelle mondiale est le meilleur moyen de stopper la pandémie ».
Il faut un peu se mettre à leur place. Devoir chaque jour enlever les monceaux de cadavres qui jonchent les rails, du Nord au Sud, vous met un peu à l’Ouest.
Cependant le syndicat de cheminots progressistes « refuse la contrainte et l’atteinte aux libertés » et « se positionne contre le pass sanitaire », qu’il juge « antisocial » et « discriminatoire ».
Mais que répondront-ils à ceux qui leur expliqueront que les non-vaccinés, ces irresponsables jouisseurs indisciplinés mettent en danger la vie d’aux truies ?
Ils finiront par acquiescer, au nom de la discipline prolétaire.

Une idée reçue est que le philosophe penserait abstraitement, ou plutôt qu’il penserait sur des abstractions, tandis que le vulgaire resterait stupidement rivé au concret. Les Bas-bleus ont souvent cette tournure d’esprit, elles méprisent le réparateur de leur machine à laver.
Ceux qui « pensent abstrait », comme dit Hegel, non seulement ne s’attachent pas à la chose même, mais la faussent, et laissent échapper la réalité.

« Penser » quelque chose d’aussi essentiel qu’un vaccin, en tant qu’abstraction, n’est-ce pas le dernier mot du fétichisme de la marchandise ?

Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

A lire

Il n'y a pas d'alternative
Bernard Rothé & Gérard Mordillat
Mensonges d'Etat
Philippe Pascot

La vraie info est ici

Tags