Masque chez les enfants : une étude scientifique montre des taux dangereux de CO2

Masque chez les enfants : une étude scientifique montre des taux dangereux de CO2

Une étude dite randomisée a été effectuée par une équipe de chercheurs sur les effets du port du masque chez des enfants en bonne santé. Cette étude a été acceptée le 7 juin et publiée le 30 juin 2021 dans la prestigieuse revue JAMA (Journal of the American Medical Association), qui est une revue médicale internationale à comité de lecture. Les conclusions de l’étude sont claires et sans appel : les taux de dioxyde de carbone constatés sont bien supérieurs à la normale, provoquant une hypercapnie (un taux élevé de CO2 dans le sang) délétère.

Rappelons que des taux élevés de CO2 dans le sang génèrent de la peur et une anxiété aiguë qui altèrent les fonctions neuropsychologiques fronto-exécutives (flexibilité cognitive, traitement émotionnel, mémoire de travail et mémoire spatiale), le temps de latence et les erreurs augmentent dans les tests, et des symptômes de panique apparaissent (avec troubles de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque systolique). Bien sûr les taux constatés dans l’expérience sont bien plus bas, mais le port du masque peut être continu pendant de nombreuses heures, ce qui majore grandement les effets.

Une traduction E&R de l’étude en anglais sur le site du JAMA.



Évaluation expérimentale de la teneur en dioxyde de carbone de l’air inhalé avec ou sans masque facial chez des enfants en bonne santé


Un essai clinique randomisé


De nombreux gouvernements ont rendu obligatoire le port d’un masque pour le nez et la bouche ou d’un masque facial pour les écoliers. Les données probantes à ce sujet sont faibles. La question de savoir si le fait de se couvrir le nez et la bouche augmente la teneur en dioxyde de carbone de l’air inhalé est cruciale. Une étude à grande échelle réalisée en Allemagne sur les effets indésirables chez les parents et les enfants à partir des données de 25 930 enfants a montré que 68 % des enfants participants avaient des problèmes lorsqu’ils portaient des masques nasaux et buccaux.

La teneur normale en dioxyde de carbone dans l’air libre est d’environ 0,04 % par volume (soit 400 ppm). Un niveau de 0,2 % par volume ou 2 000 ppm est la limite pour les pièces fermées selon l’Office fédéral allemand de l’environnement, et tout ce qui dépasse ce niveau est inacceptable.


Méthodes

Nous avons mesuré la teneur en dioxyde de carbone de l’air inhalé avec et sans deux types de couvre-nez et de bouche dans le cadre d’une étude expérimentale à court terme, bien contrôlée et contradictoire, menée sur des enfants volontaires en bonne santé (les détails figurent dans les eMéthodes du supplément 1). L’étude a été menée conformément à la déclaration d’Helsinki et soumise au comité d’éthique de l’université de Witten/Herdecke. Tous les enfants ont donné leur consentement éclairé par écrit, et les parents ont également donné leur consentement éclairé par écrit pour les enfants de moins de 16 ans. Une mesure continue de 3 minutes a été effectuée pour les niveaux de dioxyde de carbone de base sans masque facial. Une mesure de 9 minutes était autorisée pour chaque type de masque : 3 minutes pour mesurer la teneur en dioxyde de carbone de l’air inspiré et expiré conjointement, 3 minutes pour mesurer la teneur en dioxyde de carbone pendant l’inspiration et 3 minutes pour mesurer la teneur en dioxyde de carbone pendant l’expiration. La teneur en dioxyde de carbone de l’air ambiant était toujours maintenue bien en dessous de 0,1 % par volume grâce à des ventilations multiples. La séquence des masques a été randomisée, et la randomisation a été effectuée en aveugle et stratifiée par âge des enfants. Nous avons analysé les données en utilisant un modèle linéaire pour les mesures répétées avec P < 0,05 comme seuil de signification. Le protocole de mesure (protocole d’essai dans le supplément 2) est disponible en ligne. Les données ont été collectées les 9 et 10 avril 2021 et analysées à l’aide de Statistica version 13.3 (TIBCO).


Résultats

L’âge moyen (écart-type) des enfants était de 10,7 (2,6) ans (fourchette : 6-17 ans), et il y avait 20 filles et 25 garçons. Les résultats des mesures sont présentés dans le tableau. Nous avons vérifié les associations potentielles avec les résultats. Seul l’âge était associé à la teneur en dioxyde de carbone dans l’air inhalé (y = 1,9867 - 0,0555 × x ; r = -0,39 ; P = 0,008 ; figure). Nous avons donc ajouté l’âge comme covariable continue au modèle. Cela a révélé une association (η2 partielle = 0,43 ; P < 0,001). Les contrastes ont montré que cela était attribuable à la différence entre la valeur de base et les valeurs des deux masques conjointement. Les contrastes entre les 2 types de masques n’étaient pas significatifs. Nous avons mesuré des moyennes (ET) comprises entre 13 120 (384) et 13 910 (374) ppm de dioxyde de carbone dans l’air inhalé sous les masques chirurgicaux et les masques filtrants 2 (FFP2), ce qui est supérieur d’un facteur 6 à ce qui est déjà jugé inacceptable par l’Office fédéral allemand de l’environnement. Cette valeur a été atteinte après 3 minutes de mesure. Dans des conditions normales, les enfants dans les écoles portent de tels masques pendant une moyenne de 270 minutes (intervalle interquartile, 120-390). La figure montre que la valeur de l’enfant avec le niveau de dioxyde de carbone le plus bas était 3 fois supérieure à la limite de 0,2 % par volume. Les enfants les plus jeunes avaient les valeurs les plus élevées, avec le niveau de dioxyde de carbone d’un enfant de 7 ans mesuré à 25 000 ppm.


Discussion

Les limites de l’étude étaient sa nature à court terme dans un environnement de type laboratoire et le fait que les enfants n’étaient pas occupés pendant les mesures et pouvaient avoir de l’appréhension. La plupart des plaintes rapportées par les enfants peuvent être comprises comme des conséquences des niveaux élevés de dioxyde de carbone dans l’air inhalé. Cela est dû au volume de l’espace mort des masques, qui recueille le dioxyde de carbone expiré rapidement après un court laps de temps. Ce dioxyde de carbone se mélange à l’air frais et augmente la teneur en dioxyde de carbone de l’air inhalé sous le masque, ce qui était plus prononcé dans cette étude chez les jeunes enfants.

Cela entraîne à son tour des déficiences attribuables à l’hypercapnie. Une étude récente a conclu qu’il existait de nombreuses preuves des effets indésirables du port de ces masques. Nous suggérons aux décideurs de peser en conséquence les preuves tangibles produites par ces mesures expérimentales, qui suggèrent que les enfants ne devraient pas être forcés de porter des masques.


Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

A lire

Il n&#39;y a pas d&#39;alternative
Bernard Rothé & Gérard Mordillat

La vraie info est ici

Tags