Royaume-Uni : La moitié des décès dus au coronavirus concernent des personnes vaccinées

Royaume-Uni : La moitié des décès dus au coronavirus concernent des personnes vaccinées

Vous pouvez faire le calcul sur la base des chiffres qu’ils fournissent, mais les chiffres n’ont plus d’importance à ce stade.

Via le Wall Street Journal

Alors que le variant Delta du coronavirus déferle sur le Royaume-Uni, près de la moitié des récents décès dus au Covid-19 concernent des personnes qui ont été vaccinées. Mais les médecins et les scientifiques ne tirent pas la sonnette d’alarme quant à la proportion apparemment élevée de décès parmi la population vaccinée.

Au contraire, ils affirment que les chiffres obtenus jusqu’à présent rassurent sur le fait que les vaccins offrent une protection substantielle contre le variant, en particulier après deux doses. Delta, identifié pour la première fois en Inde, s’est depuis propagé dans au moins 85 pays, dont les États-Unis, où l’on estime qu’il s’agit du variant le plus courant.

Le Royaume-Uni est un terrain d’essai pour l’adaptation des vaccins. L’épidémie se propage dans le pays – avec 146 000 cas identifiés la semaine dernière, soit 72 % de plus que la semaine précédente. Le pays est également un leader mondial dans l’identification, par le biais de tests et de séquençages génétiques, des versions du virus les plus répandues : à la mi-juin, 97 % des cas étaient des infections Delta. Enfin, Delta se propage au sein d’une population qui compte parmi les mieux vaccinées au monde : 85 % des adultes ont reçu au moins un vaccin et 63 % en ont reçu deux.

La propagation de Delta a conduit le gouvernement britannique à repousser d’un mois la fin des restrictions relatives à Covid, jusqu’au 19 juillet. Mais les ministres sont de plus en plus confiants quant au fait que le déblocage aura lieu comme prévu, car les vaccinations ont permis de briser l’engrenage entre les nouveaux cas, les hospitalisations ultérieures et les décès.

Les données de Public Health England montrent qu’il y a eu 117 décès parmi les 92 000 cas Delta enregistrés jusqu’au 21 juin. Cinquante d’entre eux – 46 % – avaient reçu deux injections de vaccin.

Mais plutôt que de suggérer que Delta fait preuve d’une capacité inquiétante à échapper au vaccin et à provoquer des maladies graves, les scientifiques affirment que ces chiffres confirment l’efficacité des injections. Il y a trois raisons principales à cela.

Premièrement, les vaccins ne sont pas efficaces à 100 %. Toutes les personnes vaccinées ne réagissent pas de la même manière. Les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est défectueux, endommagé ou stressé par une autre maladie ont moins de chances de réagir de manière robuste qu’une personne plus jeune et en meilleure forme. Les vaccins Covid-19 sont très efficaces, mais certaines personnes resteront vulnérables au virus même après avoir reçu leurs injections.

Deuxièmement, le risque de mourir du Covid-19 augmente fortement avec l’âge. Si un vaccin réduit de 95 % le risque de décès dû au Covid-19 chez une personne de 80 ans, par exemple, le risque de décès de cette personne reste supérieur à celui d’une personne de 20 ans non vaccinée. Certaines maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension et les maladies pulmonaires sont également associées à un risque plus élevé de maladie grave et de décès.

Troisièmement, plus la population se fait vacciner, moins il y a de personnes non vaccinées que le virus peut infecter. Si le groupe de personnes vaccinées est plus important que le groupe de personnes non vaccinées, il est possible, voire probable, que la percée des infections entraînant la mort dans le groupe vacciné plus âgé soit égale ou supérieure aux décès dans le groupe non vacciné plus jeune. Considérons un pays imaginaire où 100 % des gens sont vaccinés, mais où le virus peut encore se propager d’une manière ou d’une autre. Tous les décès dus au Covid-19 surviendraient chez des personnes vaccinées.

Les données montrent que sur les 50 décès survenus chez des personnes entièrement vaccinées en Angleterre, tous concernaient des personnes âgées de 50 ans et plus. Aucun décès n’a été enregistré chez les moins de 50 ans doublement vaccinés.

Les données montrent que, dans l’ensemble, le taux de mortalité pour les cas confirmés de Covid-19 a été inférieur à celui du variant Alpha, qui a été repéré pour la première fois au Royaume-Uni à la fin de l’année dernière et s’est depuis propagé dans le monde entier. Public Health England a estimé le taux de mortalité pour le variant Alpha à 1,9 %. Elle estime que le taux de mortalité pour Delta est plus proche de 0,3 %, ce qui, selon les scientifiques, reflète à la fois la vaccination de masse et l’amélioration du traitement du Covid-19. Et le vaccin réduit également les chances d’attraper le virus.


Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

Une image

Kill Bill
Kill Bill

A lire

Black Rock
Heike Buchter
Mensonges d'Etat
Philippe Pascot

La vraie info est ici

Tags