Covid-19 : pourquoi plus de 5000 enfants de moins de 12 ans ont-ils été vaccinés en France ?

Covid-19 : pourquoi plus de 5000 enfants de moins de 12 ans ont-ils été vaccinés en France ?

Il n’y a plus d’État de droit en France, c’est devenu le Far-West. Le raisonnement est très simple : les vaccins n’ont pas du tout été utilisés ni même testés sur les enfants du coup comment est-il possible qu’un médecin puisse penser le faire en imaginant que ça va fonctionner et que ça les protégerait ! Bien sûr, il s’agit ici d’enfants malades avec de nombreuses comorbidités et des parents très inquiets qui vont systématiquement donner leur accord ! Sauf que ceci n’est plus de la médecine, c’est du pur charlatanisme avec des prises de risques gravissimes étant donné les effets secondaires indésirables graves beaucoup plus nombreux chez les jeunes.


Les données de Santé publique France font apparaître plusieurs milliers de jeunes enfants ayant reçu au moins une dose de vaccin, hors autorisation de mise sur le marché.

Petite surprise en découvrant les chiffres de la vaccination contre le Covid-19 chez les mineurs, publiés pour la première fois par Santé publique France jeudi soir. On s’attendait à découvrir le nombre d’adolescents de 12 à 17 ans vaccinés, mais pas d’enfants d’âges inférieurs. Et pourtant : au 30 juin, il apparaît que 5 272 garçons et filles de moins de 12 ans ont reçu au moins une dose de vaccin. Dans le détail, il y en a 2 264 âgés de 0 à 4 ans, 1 086 de 5 à 9 ans, et 1 922 de 10 ou 11 ans. 972 d’entre eux sont complètement vaccinés.

Pourtant, aucun vaccin n’a reçu d’autorisation de mise sur le marché pour les moins de 12 ans. Seul Pfizer l’est, pour le moment, pour les 12-17 ans (Moderna pourrait être validé à son tour en juillet).

Interrogée ce vendredi matin lors d’un point presse, Santé publique France confirme que ces chiffres « reflètent la réalité » et ne sont pas dus à des erreurs de saisie. « Il y a la possibilité de vacciner, y compris hors autorisation de mise sur le marché, de jeunes enfants qui présenteraient des facteurs de risques de forme très sévère [de Covid-19]. On n’a pas l’information enfant par enfant mais la très grande majorité correspond très vraisemblablement à ce genre de décision individuelle », explique Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste à l’agence sanitaire.

Plusieurs pathologies concernées

Dans un avis publié le 24 mars 2021 sur son site, la Société française de pédiatrie notait déjà qu’ « un très petit nombre d’enfants à très haut risque de Covid-19 sévère pourrait être vacciné selon le même schéma que les adultes, dès que possible, malgré l’absence d’AMM ». Sont notamment concernés ceux atteints de poly-endocrinopathie auto-immune, ou ceux présentant une prédisposition génétique aux encéphalopathies virales.

Ce nombre de 5 272 reste cependant très faible, rapporté aux près de 10 millions d’enfants âgés de moins de 12 ans en France. La couverture vaccinale avec au moins une dose s’élève donc à moins de 0,1 % dans cette tranche d’âge. Chez les 12-17 ans, elle est passée de moins de 1 % à 13,4 % en trois semaines.

Nicolas Berrod
Le Parisien : Actualités en direct et info en continu

Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

ADR Reports

Une image

Bertrand et Pecresse n'écartent pas un reconfinement limité aux français non vaccinés (on s'en souviendra)
Bertrand et Pecresse n'écartent pas un reconfinement limité aux français non vaccinés (on s'en souviendra)

A lire

Médias
Philippe Merlant, Luc Chatel
Le hold-up des mots
Geoffroy de Vries

Tags