Le Covid n’est pas une maladie hautement infectieuse

Le Covid n’est pas une maladie hautement infectieuse

Je signale un article remarquable publié par Lockdownsceptics (site anglais).

En partant de l’observation du variant indien… qui fait pschiit et qui  se comporte désormais  exactement comme… le variant anglais, avec une contagiosité dans les chaussettes, l’auteur élargit le débat avec des hypothèses foutrement intéressantes.

Il rappelle la théorie d’un épidémiologiste en 1981 qui s’interrogeait sur le comportement -étrange- de la grippe.

Hope-Simpson postula que le virus ne suivait pas le schéma classique (comme la rougeole ou les rhinovirus) : les malades infectent les non malades… Mais qu’il était plutôt “latent” chez certains porteurs… et ensuite “réveillé/activé” par des facteurs extérieurs (soleil, vitamine D, saison).

Son étude fut reprise par un groupe de scientifiques en 2008 qui résumèrent tout ce qui cloche avec le virus de la grippe :

Why is influenza both seasonal and ubiquitous and where is the virus between epidemics?
Why are the epidemics so explosive?
Why do epidemics end so abruptly?
What explains the frequent coincidental timing of epidemics in countries of similar latitudes?
Why is the serial interval [the time it takes for secondary cases to appear] obscure?
Why is the secondary attack rate so low?
Why did epidemics in previous ages spread so rapidly, despite the lack of modern transport?
Why does experimental inoculation [infection] of seronegative [without antibodies] humans fail to cause illness in all the volunteers?
Why has influenza mortality of the aged not declined as their vaccination rates increased?


Pourquoi la grippe est-elle à la fois saisonnière et omniprésente et où se trouve le virus entre les épidémies ?
Pourquoi les épidémies sont-elles si explosives ?
Pourquoi les épidémies se terminent-elles si brusquement ?
Comment expliquer la coïncidence fréquente des épidémies dans des pays de même latitude ?
Pourquoi l'intervalle sériel [le temps nécessaire à l'apparition des cas secondaires] est-il obscur ?
Pourquoi le taux d'attaque secondaire est-il si faible ?
Pourquoi les épidémies des époques précédentes se propageaient-elles si rapidement, malgré l'absence de moyens de transport modernes ?
Pourquoi l'inoculation [l'infection] expérimentale d'humains séronégatifs [sans anticorps] ne provoque-t-elle pas la maladie chez tous les volontaires ?
Pourquoi la mortalité due à la grippe chez les personnes âgées n'a-t-elle pas diminué alors que leur taux de vaccination augmentait ?



Retour au couillonavirus.

Whatever the underlying cause of the strange behaviour, though, some facts are clear. SARS-CoV-2 is not, by any reasonable definition, a highly transmissible virus – infected people on average only infect 10-15% of their close contacts, even at the height of the winter surge (and that is an upper bound as it assumes that all subsequent infections were caused by the index case rather than being co-index cases). This compares to 57% for rhinovirus and 70% for measles – those are highly transmissible viruses.

Quelle que soit la cause sous-jacente de ce comportement étrange, certains faits sont clairs. Le SRAS-CoV-2 n'est pas, selon toute définition raisonnable, un virus hautement transmissible - les personnes infectées ne contaminent en moyenne que 10 à 15 % de leurs contacts proches, même au plus fort de la vague hivernale (et il s'agit d'une limite supérieure car elle suppose que toutes les infections ultérieures ont été causées par le cas index plutôt que par des cas co-indexés). Ce chiffre est à comparer aux 57 % pour le rhinovirus et aux 70 % pour la rougeole, qui sont des virus hautement transmissibles.



Voilà pourquoi tous les modèles mathématiques foireux se plantent systématiquement.

Et voilà pourquoi les confinements et autres mesures à la con… n’ont que peu d’effets.

Rather, COVID-19 is subject to the same kind of mysterious and explosive seasonal triggering as influenza is. This probably helps to explain why lockdowns make no clear impact on transmission or mortality, and why the virus does not immediately rebound when restrictions are lifted, as all the models keep wrongly telling us is going to happen.

Au contraire, le COVID-19 est soumis au même type de déclenchement saisonnier mystérieux et explosif que la grippe. Cela contribue probablement à expliquer pourquoi les mesures de confinement n'ont pas d'impact clair sur la transmission ou la mortalité, et pourquoi le virus ne rebondit pas immédiatement lorsque les restrictions sont levées, comme tous les modèles nous disent à tort que cela va se produire.



Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

A lire

Avec les compliments du guide
Fabrice Arfi & Karl Laske

La vraie info est ici

Tags