À St-Jean-de-Védas, la bonne idée du premier vaccidrive de France pour accélérer la campagne

À St-Jean-de-Védas, la bonne idée du premier vaccidrive de France pour accélérer la campagne

Mardi matin, à 9 h, sur le parking des urgences de la clinique Saint-Jean, à Saint-Jean-de-Védas, le couple Campos, venu de Mèze, ne s’attendait pas à pareille réception : des fleurs pour madame, un bout du ruban tricolore inaugural coupé quelques minutes plus tôt par les officiels, et une nuée de micros et de caméras. Sans surprise et conformément au rendez-vous pris, en revanche, Georges Campos, 65 ans, a reçu une dose de Pfizer, assis au volant de sa voiture.

L’ostréiculteur de Mèze a subi l’effervescence qui accompagne toutes les "premières" : il a inauguré le premier vaccidrive de France, lancé par la clinique Saint-Jean, un établissement du groupe Cap-Santé qui compte ainsi vacciner quotidiennement, sept jours sur sept, quelque 70 personnes éligibles à une injection contre le Covid-19, sur rendez-vous.

" C’est une démarche simple qui veut banaliser l’acte de vaccination. C’est une alternative, on ne va pas vacciner des millions de personnes. Mais l’idée est que chacun, à son niveau, apporte sa pierre à l’édifice, dans des conditions de sécurité et de fluidité ", résume sobrement Lamine Gharbi, président du groupe Cap Santé, qui donne à l’événement sa juste mesure.

Gagner la course


Laurent Ramon, directeur général du groupe allé cherché l’idée aux États-Unis. Elle a été validée par les autorités, agence régionale de santé et préfecture. Il rappelle que seules, les conditions d’administration du vaccin changent : "Il faut prendre rendez-vous, être éligible à la vaccination, répondre aux questions d’un médecin à l’arrivée, patienter après l’injection pour vérifier qu’on n’a pas d’effets secondaires."

Aucun pour Georges Campos, qui a juste trouvé que c’était "plus cool" de ne pas bouger de sa voiture : "C’est comme si j’étais à la maison." Jean-Jacques Lenglet, 68 ans, lui succède de peu. Il se félicite aussi de l’initiative : "C’est sans stress." Venu de Villeveyrac, il a donné le "tuyau" à ses proches. Qui devront veiller à s’inscrire sur Doctolib, au risque d’être refoulés, comme les imprudents qui, mardi matin, ont fait l’erreur d’associer "drive" et "libre-service".

"C’est un centre classique, avec une petite différence sur l’organisation. La vaccination est une course contre la montre, il faut la gagner. Toutes les idées sont bonnes", insiste le docteur Thierry Gaudin, responsable du centre de vaccination de la clinique, qui poursuit par ailleurs les injections intra-muros.

"Il faut diversifier l’offre de vaccination et tester l’appétence" du public, ajoute le préfet de l’Hérault Jacques Witkowski. Les premiers rendez-vous (avec du Pfizer et du Moderna) ont été pris d’assaut.

Si les doses de vaccins sont au rendez-vous, le rythme pourrait s’accélérer dans les prochains jours, pour le plus grand bonheur de François Rio, maire de Saint-Jean-de-Védas, "fier d’accueillir le premier vaccidrive de France". Il offre un coup de projecteur unique à sa commune.

"On nous regarde avec attention"

 "Et pourquoi pas ? Sky is the limit", avait suggéré en conférence de presse, le 25 mars dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran, interrogé sur la possibilité d’injecter le vaccin à un automobiliste, "si des drives s’organisent avec des soignants et des conditions de surveillance des personnes". Après Israël, l’Inde, l’Italie, les États-Unis, où l’ancien acteur et gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a posté sur les réseaux sociaux la vidéo de son passage dans un drive de vaccination, les vaccidrives arrivent donc en France. Avant de se lancer officiellement, mardi, la clinique St-Jean a "répété" pour que le dispositif soit irréprochable. "Tout s’est bien passé", indique Lamine Gharbi, président du groupe Cap Santé. Le premier vaccidrive français fera-t-il école ? "Je pense qu’on nous regarde avec attention."

Sophie GUIRAUD

Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

A lire

La société toxique
Pryska Ducoeurjoly

La vraie info est ici

Tags