L'UE dit stop à l'AstraZeneca

L'UE dit stop à l'AstraZeneca

Au lendemain de l’annonce d’un nouveau contrat européen pour 1,8 milliard de doses du vaccin de Pfizer-BioNtech, Thierry Breton a déclaré que l’UE n’avait pas renouvelé celui avec AstraZeneca qui les lie jusqu’en juin.

La Commission européenne a décidé de ne pas renouveler son contrat avec AstraZeneca pour son vaccin contre le Covid-19 au-delà du mois de juin, a déclaré le commissaire européen au micro de France Inter.

« Nous n’avons pas renouvelé la commande après juin. On verra ce qui se passera », a-t-il fait savoir.

Évoquant le retard constaté au début de la campagne de vaccination dû à « une défaillance d’un de nos fournisseurs qui s’appelle AstraZeneca », il a annoncé que l’Union européenne avait cependant « très rapidement comblé ce retard ».

AstraZeneca explique ces retards par l’interdiction d’exporter les vaccins américains, émise successivement par Donald Trump puis son successeur Joe Biden, selon le principe que les citoyens américains doivent avoir la priorité sur le reste du monde.

Cette annonce de M.Breton survient au lendemain de la déclaration faite par Ursula von der Leyen sur la signature d’un nouveau contrat entre l’UE et Pfizer-BioNtech pour l’achat de 1,8 milliard de doses de leur vaccin pour 2021-2023.

Les rythmes de production permettent de s’attendre à la vaccination de 70% de la population adulte des Vingt-Sept à la mi-juillet, a précisé le commissaire européen.

Poursuites contre AstraZeneca  

Confronté à divers problèmes de production, AstraZeneca n’a fourni que 40 millions de doses sur les 120 millions prévues pour le premier trimestre. Des 180 millions prévues pour le deuxième trimestre, le groupe pharmaceutique pourrait n’en livrer que 70 millions d’ici fin juin.

Le groupe pharmaceutique fait l’objet de poursuites engagées par la Commission en raison d’importants retards de livraison de doses de son médicament.

Outre les multiples retards de livraison de doses à l’Union européenne, le médicament est dans le viseur des autorités sanitaires partout dans le monde qui le soupçonne d’être responsable de la formation des caillots sanguins.

Un lien entre le vaccin et des cas de thrombose veineuse cérébrale (1 cas sur 100 000 vaccinations) a été établi le 6 avril par l’Agence européenne des Médicaments (EMA). Cependant, le facteur provoquant cette réaction est pour l’heure inconnu.

Thierry Breton a néanmoins estimé ce 9 mai qu’il s’agissait d’un « très bon vaccin ».

Prix du vaccin Pfizer en hausse ? 

Interrogé sur l’application d’un nouveau prix au vaccin de Pfizer, M.Breton a suggéré une augmentation :

« Il y aura peut-être un petit surcoût, mais je laisserai les autorités compétentes le dévoiler en temps et en heure ». À la question de savoir si l’entreprise jouait la surenchère sur les tarifs de son vaccin (version relayée par certains médias),  il a refusé de la confirmer.

Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

ADR Reports

Une image

Nous assumons de faire peser les contraintes sur les non vaccinés
Nous assumons de faire peser les contraintes sur les non vaccinés

A lire

Avec les compliments du guide
Fabrice Arfi & Karl Laske
Le mirage mondialiste
Olivier Piacentini

Tags