Vous feriez mieux de faire attention : L’État de surveillance a une liste de vilains, et vous y figurez

Vous feriez mieux de faire attention : L’État de surveillance a une liste de vilains, et vous y figu

Le Père Noël a un nouvel assistant.

Le Père Noël, qui sait tout et voit tout, n’a plus besoin de s’en remettre à d’antiques elfes sur des étagères et autres mouchards saisonniers pour savoir quand tu es endormi ou réveillé, et si tu as été méchant ou gentil.

Grâce aux pouvoirs presque illimités du gouvernement, rendus possibles par une armée nationale de techno-tyrans, de centres de fusion et de voyeurs, le Père Noël peut obtenir des rapports en temps réel sur qui a été bon ou mauvais cette année. Cette nouvelle ère effrayante d’espionnage des gouvernements et des entreprises, dans laquelle nous sommes écoutés, surveillés, suivis, cartographiés, achetés, vendus et ciblés, fait paraître la surveillance rudimentaire des téléphones et des métadonnées de la NSA presque désuète en comparaison.

Voici un petit échantillon des outils utilisés pour suivre nos déplacements, surveiller nos dépenses et flairer toutes les façons dont nos pensées, nos actions et nos cercles sociaux pourraient nous placer sur la liste des vilains du gouvernement.

Vous suivre en fonction de votre état de santé. À l’ère du COVID-19, les passeports numériques de santé gagnent en popularité et deviennent en quelque sorte des gardiens, limitant l’accès aux voyages, aux loisirs, etc. en fonction du statut vaccinal d’une personne. Que l’on dispose ou non d’un passeport-vaccin, il se peut toutefois que l’on doive prouver que l’on est suffisamment « sain » pour faire partie de la société. Par exemple, dans le sillage des arrêts de la Cour suprême qui ont permis à la police d’utiliser des chiens renifleurs de drogue comme « mandats de perquisition en laisse » , les agences gouvernementales se préparent à utiliser des escouades canines détectrices de virus pour effectuer des dépistages de masse afin de détecter les personnes susceptibles d’avoir le COVID-19. Les chercheurs affirment que les chiens renifleurs de COVID ont un taux de réussite de 95 % pour identifier les personnes porteuses du virus (sauf lorsqu’elles ont faim, sont fatiguées ou distraites). Ces chiens sont également entraînés à repérer les personnes souffrant d’autres problèmes de santé, comme le cancer.

Vous suivre à la trace grâce à votre visage : Les logiciels de reconnaissance faciale visent à créer une société dans laquelle chaque personne qui sort en public est suivie et enregistrée dans le cadre de ses activités quotidiennes. Couplée aux caméras de surveillance qui couvrent tout le pays, la technologie de reconnaissance faciale permet au gouvernement et à ses partenaires commerciaux d’identifier et de suivre les mouvements d’une personne en temps réel. Un logiciel particulièrement controversé, créé par Clearview AI, a été utilisé par la police, le FBI et le ministère de la sécurité intérieure pour collecter des photos sur les sites de médias sociaux afin de les inclure dans une base de données massive de reconnaissance faciale. De même, les logiciels biométriques, qui s’appuient sur les identifiants uniques d’une personne (empreintes digitales, iris, empreintes vocales), sont en train de devenir la norme pour franchir les lignes de sécurité, ainsi que pour contourner les serrures numériques et accéder aux téléphones, ordinateurs, immeubles de bureaux, etc. En fait, de plus en plus de voyageurs optent pour des programmes qui font appel à leurs données biométriques afin d’éviter les longues attentes aux contrôles de sécurité des aéroports. Les scientifiques mettent également au point des lasers capables d’identifier et de surveiller les individus en fonction de leurs battements de cœur, de leur odeur et de leur microbiome.

Vous suivre en fonction de votre comportement : Les progrès rapides dans le domaine de la surveillance comportementale permettent non seulement de surveiller et de suivre les individus en fonction de leurs mouvements ou de leur comportement, y compris la reconnaissance de la démarche (la façon dont on marche), mais ils ont également donné naissance à des industries entières dont l’activité consiste à prédire le comportement d’une personne à partir de données et de schémas de surveillance, et qui façonnent également les comportements de populations entières. Un système de surveillance intelligent « anti-émeutes » prétend prédire les émeutes de masse et les événements publics non autorisés en utilisant l’intelligence artificielle pour analyser les médias sociaux, les sources d’information, les flux vidéo de surveillance et les données relatives aux transports publics.

Vous suivre en fonction de vos dépenses et de vos activités de consommation : Avec chaque smartphone que nous achetons, chaque dispositif GPS que nous installons, chaque compte Twitter, Facebook et Google que nous ouvrons, chaque carte d’acheteur fréquent que nous utilisons pour nos achats – que ce soit à l’épicerie, au magasin de yaourts, aux compagnies aériennes ou au grand magasin – et chaque carte de crédit et de débit que nous utilisons pour payer nos transactions, nous aidons les entreprises américaines à constituer un dossier pour leurs homologues gouvernementaux sur qui nous connaissons, ce que nous pensons, comment nous dépensons notre argent et comment nous passons notre temps. La surveillance des consommateurs, par laquelle vos activités et vos données dans les domaines physique et en ligne sont suivies et partagées avec les annonceurs, est devenue un gros business, une industrie de 300 milliards de dollars qui récolte régulièrement vos données à des fins lucratives. Depuis des années, des entreprises telles que Target suivent et évaluent le comportement de leurs clients, en particulier leurs habitudes d’achat, mais le détaillant a également financé une surveillance importante dans les villes du pays et développé des algorithmes de surveillance comportementale capables de déterminer si les manières d’une personne peuvent correspondre au profil d’un voleur.

Vous suivre à la trace en fonction de vos activités publiques : Des sociétés privées, en collaboration avec les services de police de tout le pays, ont créé un réseau de surveillance qui englobe toutes les grandes villes afin de surveiller de façon transparente de grands groupes de personnes, comme dans le cas de manifestations et de rassemblements. Ils se livrent également à une surveillance en ligne intensive, à l’affût de tout indice de « grands événements publics, d’agitation sociale, de communications entre gangs et d’individus ayant des tendances criminelles ». Les entreprises de défense ont été à l’avant-garde de ce marché lucratif. Les centres de fusion, qui représentent 330 millions de dollars par an et sont des centres d’échange d’informations pour les agences fédérales, étatiques et policières, surveillent et signalent des comportements « suspects » tels que des personnes achetant des palettes d’eau en bouteille, photographiant des bâtiments gouvernementaux ou demandant une licence de pilote.

Vous suivre à la trace en fonction de vos activités sur les médias sociaux : Chacun de vos mouvements, en particulier sur les médias sociaux, est surveillé, exploité, analysé et compilé afin de se faire une idée de qui vous êtes, de ce qui vous fait tiquer et de la meilleure façon de vous contrôler si et quand il devient nécessaire de vous mettre au pas. Comme l’a rapporté The Intercept, le FBI, la CIA, la NSA et d’autres agences gouvernementales investissent et s’appuient de plus en plus sur des technologies de surveillance d’entreprise capables d’exploiter des discours protégés par la Constitution sur des plateformes de médias sociaux telles que Facebook, Twitter et Instagram afin d’identifier des extrémistes potentiels et de prédire qui pourrait se livrer à de futurs actes de comportement antigouvernemental. Cette obsession des médias sociaux comme forme de surveillance aura des conséquences effrayantes dans les années à venir. Comme l’a observé Helen A.S. Popkin, écrivant pour NBC News, « Nous pourrions très bien être confrontés à un avenir où les algorithmes arrêteront en masse les gens qui font référence à des téléchargements illégaux de ‘Game of Thrones’… le nouveau logiciel a le potentiel de rouler, à la manière de Terminator, en ciblant chaque utilisateur de médias sociaux ayant une confession honteuse ou un sens de l’humour douteux. »

Vous suivre à la trace en fonction de vos activités téléphoniques et en ligne : Les téléphones portables sont devenus des mouchards de facto, offrant un flux constant de données de localisation numérique sur les mouvements et les voyages des utilisateurs. La police a utilisé des simulateurs de sites cellulaires pour effectuer une surveillance massive de manifestations sans avoir besoin d’un mandat. En outre, les agents fédéraux peuvent désormais employer un certain nombre de méthodes de piratage pour accéder à vos activités informatiques et « voir » ce que vous voyez sur votre écran. Des logiciels de piratage malveillants peuvent également être utilisés pour activer à distance des caméras et des microphones, offrant ainsi un autre moyen de jeter un coup d’œil sur les affaires personnelles d’une cible.

Vous suivre à la trace sur la base de votre réseau social : Non contentes d’espionner les individus par le biais de leur activité en ligne, les agences gouvernementales utilisent désormais la technologie de surveillance pour suivre le réseau social d’une personne, c’est-à-dire les personnes avec lesquelles vous pouvez entrer en contact par téléphone, par SMS, par e-mail ou par le biais de messages sociaux, afin de débusquer d’éventuels criminels. Un document du FBI obtenu par Rolling Stone décrit la facilité avec laquelle les agents peuvent accéder aux données du carnet d’adresses des services WhatsApp de Facebook et iMessage d’Apple à partir des comptes des personnes ciblées et des personnes qui ne font pas l’objet d’une enquête mais qui pourraient avoir une personne ciblée dans leur réseau. Cela crée une société de « culpabilité par association » dans laquelle nous sommes tous aussi coupables que la personne la plus coupable de notre carnet d’adresses.

Vous traquer en fonction de votre voiture : Les lecteurs de plaques d’immatriculation sont des outils de surveillance de masse capables de photographier plus de 1 800 numéros d’immatriculation par minute, de prendre une photo de chaque numéro d’immatriculation qui passe et de stocker le numéro d’immatriculation ainsi que la date, l’heure et le lieu de la photo dans une base de données consultable, puis de partager les données avec les forces de l’ordre, les centres de fusion et les entreprises privées pour suivre les déplacements des personnes dans leur voiture. Des dizaines de milliers de ces lecteurs de plaques d’immatriculation sont désormais en service dans tout le pays, apposés sur les viaducs, les voitures de police et dans tous les secteurs d’activité et les quartiers résidentiels. Ils permettent à la police de suivre les véhicules et de rechercher les plaques dans les bases de données des forces de l’ordre afin de repérer les enfants enlevés, les voitures volées, les personnes disparues et les fugitifs recherchés. Bien entendu, cette technologie n’est pas infaillible : il y a eu de nombreux incidents au cours desquels la police s’est fiée par erreur aux données des plaques d’immatriculation pour capturer des suspects et a fini par détenir des innocents sous la menace d’une arme.

Vous suivre à la trace grâce à votre courrier : Presque toutes les branches du gouvernement, des services postaux au département du Trésor en passant par toutes les agences intermédiaires, disposent désormais de leur propre secteur de surveillance, autorisé à espionner le peuple américain. Par exemple, le service postal américain, qui photographie l’extérieur de chaque courrier papier depuis 20 ans, espionne également les textes, les courriels et les messages sur les médias sociaux des Américains. Dirigé par la division chargée de l’application de la loi des services postaux, le programme iCOP (Internet Covert Operations Program) utiliserait la technologie de reconnaissance faciale, combinée à de fausses identités en ligne, pour repérer les fauteurs de troubles potentiels ayant publié des messages « incendiaires ». L’agence affirme que la surveillance en ligne, qui n’entre pas dans le cadre de son travail traditionnel de traitement et de distribution du courrier papier, est nécessaire pour aider les postiers à éviter les « situations potentiellement explosives ».

Centres de fusion. Dispositifs intelligents. Évaluations de la menace comportementale. Listes de surveillance des terroristes. Reconnaissance faciale. Lignes de dénonciation. Scanners biométriques. Pré-crime. Bases de données ADN. Extraction de données. Technologie précognitive. Applications de recherche de contacts.

Tout cela aboutit à un monde dans lequel, chaque jour, une personne moyenne est désormais surveillée, épiée et suivie de plus de 20 façons différentes par les yeux et les oreilles des gouvernements et des entreprises.

Les grandes entreprises technologiques mariées aux grands gouvernements sont devenues Big Brother.

Chaque seconde de chaque jour, le peuple américain est espionné par un vaste réseau de voyeurs numériques, d’espions électroniques et de fouineurs robotisés.

Comme je l’explique clairement dans mon livre Battlefield America: The War on the American People. et dans son pendant fictionnel The Erik Blair Diaries, la surveillance, la traque numérique et l’exploration des données du peuple américain – des armes de conformité et de contrôle entre les mains du gouvernement – aboutissent à une société dans laquelle il y a peu de place pour les indiscrétions, les imperfections ou les actes d’indépendance.

À l’ère de la surcriminalisation, de la surveillance de masse et d’un manque consternant de protection de nos droits à la vie privée, nous pouvons tous être considérés comme coupables d’une transgression ou d’une autre.

Alors faites attention, ne faites pas la moue, ne pleurez pas, car je vais vous dire pourquoi : ce Noël, c’est l’État de surveillance qui arrive en ville, et vous êtes déjà sur sa liste des vilains.

Sources : Zero Hedge, John W. Whitehead & Nisha Whitehead via The Rutherford InstituteTraduit par Anguille sous roche

Commentaires : 0
Participez à la discussion, postez votre commentaire ici. Votre commentaire ne sera pas visible de suite, il doit être approuvé avant d'apparaître ci-dessous

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier à poster

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

ADR Reports

Une image

La propagande jusque dans la boulangerie !
La propagande jusque dans la boulangerie !

A lire

Tags