Déclaration des médecins canadiens pour la science et la vérité - mai 2021

Déclaration des médecins canadiens pour la science et la vérité - mai 2021

La déclaration


Nous sommes un groupe large et diversifié de médecins canadiens de partout au pays qui envoient cette déclaration urgente aux collèges des médecins et chirurgiens de nos diverses provinces et territoires et au grand public, que nous servons.

Le 30 avril 2021, l'organisme de réglementation des médecins de l'Ontario, le College of Physicians and Surgeons of Ontario (CPSO), a publié une déclaration interdisant aux médecins de remettre en question ou de débattre d'une partie ou de la totalité des mesures officielles imposées en réponse à COVID-19. 1

Le CPSO a ensuite menacé les médecins de sanctions - enquêtes et mesures disciplinaires.

Nous considérons que cette récente déclaration du CPSO est contraire à l'éthique, anti-science et profondément inquiétante.

En tant que médecins, notre premier devoir de diligence n'est pas envers le CPSO ou toute autre autorité, mais envers nos patients.

Lorsque nous sommes devenus médecins, nous nous sommes engagés à faire passer nos patients en premier et à ce que notre devoir éthique et professionnel soit toujours le premier envers nos patients. La déclaration du CPSO nous ordonne de violer notre devoir et notre promesse envers nos patients de la manière suivante :

1. Déni de la méthode scientifique elle-même : Le CPSO ordonne aux médecins de mettre de côté la méthode scientifique et de ne pas débattre des processus et des conclusions de la science.

Nous, médecins, savons et continuons à croire que, tout au long de l'histoire, les opinions opposées, les débats vigoureux et l'ouverture aux nouvelles idées ont été le fondement du progrès scientifique. Toute avancée majeure de la science a été obtenue par des praticiens qui ont vigoureusement remis en question les récits "officiels" et ont suivi une voie différente dans la recherche de la vérité.

2. Violation de notre engagement à utiliser la médecine basée sur les preuves pour nos patients : En nous ordonnant de ne pas débattre et de ne pas remettre en question, le CPSO nous demande également de violer la promesse que nous avons faite à nos patients de toujours rechercher pour eux les meilleures méthodes scientifiques fondées sur des preuves et de défendre vigoureusement leur cause.

La déclaration du CPSO ordonne aux médecins, par exemple, de ne pas discuter ou communiquer avec le public au sujet des mesures de "verrouillage". Les mesures de confinement font l'objet d'un débat animé par des experts de renommée mondiale et largement respectés, et il existe des points de vue très divergents sur ce sujet. La déclaration de Great Barrington (PDF ), explicitement contre le confinement, a été rédigée par des experts des universités de Harvard, Stanford et Oxford. Plus de 40 000 médecins du monde entier ont signé cette déclaration. Plusieurs experts internationaux, dont Martin Kuldorf (Harvard), David Katz (Yale), Jay Bhattacharya (Stanford) et Sunetra Gupta (Oxford), continuent de s'opposer fermement aux lockdowns.

Le CPSO ordonne aux médecins de n'exprimer que des opinions favorables au confinement, sous peine de faire l'objet d'une enquête et de mesures disciplinaires. Cette directive tyrannique et antiscientifique du CPSO est considérée par des milliers de médecins et de scientifiques canadiens comme n'étant pas soutenue par la science et comme violant le premier devoir de diligence envers nos patients.

3. Violation du devoir de consentement éclairé : Le CPSO ordonne également aux médecins de violer le devoir sacré de consentement éclairé - qui est le processus par lequel le patient/le public est pleinement informé des risques, des avantages et de toute alternative au traitement ou à l'intervention, avant de donner son consentement.

Le code de Nuremberg, rédigé à la suite des atrocités perpétrées dans les camps de concentration nazis - où d'horribles expériences médicales ont été réalisées sur des détenus sans leur consentement - interdit expressément d'imposer tout type d'intervention sans consentement éclairé.

Dans le cas de l'intervention de confinement, par exemple, les médecins ont le devoir fiduciaire d'attirer l'attention du public sur le fait que les confinements imposent leurs propres coûts à la société, notamment en augmentant considérablement les taux de dépression et de suicide, en retardant la recherche et le traitement du cancer (y compris la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie), en gonflant les listes d'attente pour les interventions chirurgicales (ce qui augmente considérablement la souffrance des patients) et en augmentant les taux de violence envers les enfants et les familles.

Nous, médecins, pensons qu'avec la déclaration du CPSO du 30 avril 2021, un moment décisif dans l'attaque contre la liberté d'expression et la recherche scientifique a été atteint.

En ordonnant aux médecins de se taire et de ne suivre qu'un seul récit, sous peine d'être sanctionnés et censurés, le CPSO nous demande de violer notre conscience, notre éthique professionnelle, le code de Nuremberg et la recherche scientifique de la vérité.

Nous n'obtempérerons jamais et ferons toujours passer nos patients en premier.

L'OSPC doit immédiatement retirer et annuler sa déclaration du 30 avril 2021.

Nous informons également les autres autorités canadiennes et internationales chargées de délivrer les licences aux médecins et aux professions paramédicales que l'étouffement de la recherche scientifique et tout ordre de violer notre conscience et notre engagement professionnel envers nos patients peuvent constituer en soi un crime contre l'humanité.

A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

A lire

Vatican S.A.
Gianluigi Nuzzi
Médias
Philippe Merlant, Luc Chatel

La vraie info est ici

Tags