La Déclaration de Great Barrington - 4 octobre 2020

La Déclaration de Great Barrington - 4 octobre 2020

La Déclaration de Great Barrington


En tant qu’épidémiologistes des maladies infectieuses et scientifiques spécialisés en santé publique, nous sommes inquiets des impacts physiques et mentaux causés par les politiques actuelles contre le COVID-19 et nous recommandons une approche alternative que nous appelons Protection focalisée (Focused Protection).

Que nous soyons de gauche ou de droite, et quel que soit notre pays d’origine, nous avons consacré nos carrières à la protection des populations. Les politiques actuelles de confinement produisent des effets désastreux sur la santé publique à court, moyen et long terme. Parmi les conséquences, on peut citer, entre autres, une baisse des taux de vaccination chez les enfants, une aggravation des cas de maladies cardio-vasculaires, une baisse des examens pour de possibles cancers ou encore une détérioration de la santé mentale en général. Cela va engendrer de grands excès de mortalité dans les années à venir, notamment dans la classe ouvrière et parmi les plus jeunes. Maintenir les écoliers en dehors de l’école est une grande injustice.

Conserver ces mesures en attendant qu’un vaccin soit disponible causera des dégâts irréparables. Les couches sociales les moins favorisées seront les plus touchées.

Heureusement, notre compréhension du virus s’améliore. Nous savons que la vulnérabilité à la mort par le COVID-19 est plus de mille fois plus haute parmi les personnes âgées et infirmes que chez les jeunes. En effet, pour les enfants, le COVID-19 est moins dangereux que bien d’autres maux, y compris la grippe.

L’immunité grandissant dans la population, le risque d’infection baisse pour tout le monde, y compris les plus vulnérables. Nous savons que toutes les populations vont finir par atteindre l’immunité collective, c’est-à-dire le point où le nombre de nouvelles infections est stable, et que ce processus peut s’accompagner (sans pour autant dépendre) de l’existence d’un vaccin. Par conséquent, notre objectif devrait être de minimiser la mortalité et le mal fait à la société jusqu’à ce qu’on atteigne l’immunité collective.

Une approche à la fois compassionnelle et prenant en compte les risques et les bénéfices consiste à autoriser celles et ceux qui ont le moins de risques de mourir du virus de vivre leurs vies normalement afin qu’ils fabriquent de l’immunité au travers d’infections naturelles tout en protégeant celles et ceux qui ont le plus de risques de mourir. Nous appelons cela la Protection Focalisée (Focused Protection).

Le fait d’adopter des mesures pour protéger les plus vulnérables devrait être le but central des réponses de santé publique au COVID-19. A titre d’exemples, les résidences pour personnes âgées devraient être dotées de personnel qui a acquis l’immunité et qui réalise fréquemment des tests pour les autres membres du personnel et les visiteurs. Par ailleurs, la rotation du personnel devrait être la plus faible possible. Les personnes retraitées qui vivent chez elles devraient se voir livrer leurs courses à domicile. Quand c’est possible, elles devraient rencontrer les proches en plein air plutôt qu’à l’intérieur. Une liste de mesure complète et détaillée, incluant des approches pour les foyers comprenant plusieurs générations, peut être mise en œuvre. C’est largement dans la capacité et les prérogatives des professionnels de la santé publique.

Ceux qui ne sont pas vulnérables devraient immédiatement être autorisés à reprendre une vie normale. Des mesures d’hygiène simples, comme se laver les mains et rester chez soi si l’on est malade, devraient être pratiquées par chacun pour réduire le seuil de l’immunité collective. Les écoles et les universités devraient rouvrir pour des enseignements en présentiel. Les activités extrascolaires comme le sport devraient reprendre. Les jeunes adultes qui présentent peu de risques devraient travailler normalement plutôt que depuis chez eux. Les restaurants et les commerces devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre. Les personnes qui présentent plus de risque peuvent participer si elles le souhaitent à ce processus tandis que la société dans son ensemble bénéficie de la protection ainsi conférée aux plus vulnérables par ceux qui ont construit l’immunité collective.

Cette déclaration a été rédigée et signée le 4 octobre 2020 à Barrington, aux Etats-Unis, par :

Le Dr. Martin Kulldorff, professeur de médecine à l’université Harvard, un biostatisticien et épidémiologiste spécialisé dans la détection et la surveillance du déclenchement des maladies infectieuses et l’évaluation de la sécurité des vaccins.

Le Dr. Sunetra Gupta, professeure à l’université d’Oxford, une épidémiologiste spécialisée en immunologie, dans le développement de vaccins et la modélisation mathématique des maladies infectieuses.

Le Dr. Jay Bhattacharya, professeur à l’Ecole Médicale de l’université de Stanford, un médecin, épidémiologiste, économiste de la santé et expert en santé publique spécialiste des maladies infectieuses et de leurs effets sur les populations vulnérables.






À propos


Pourquoi la déclaration a-t-elle été rédigée ?

Comment la déclaration du Grand Barrington a-t-elle vu le jour ?

La déclaration a été rédigée dans une perspective humanitaire et de santé publique mondiale, avec des préoccupations particulières sur la façon dont les stratégies actuelles du COVID-19 obligent nos enfants, la classe ouvrière et les pauvres à porter le plus lourd fardeau.  La réponse à la pandémie dans de nombreux pays du monde, axée sur le confinement, la recherche des contacts et l'isolement, impose d'énormes coûts de santé inutiles aux populations. À long terme, elle entraînera une mortalité plus élevée chez les personnes atteintes et non atteintes de la maladie que le plan de protection ciblé que nous appelons de nos vœux dans la Déclaration.

Quel est le public visé ?

Il s'agit d'une déclaration internationale, écrite avec des préoccupations pour le monde entier. Elle a été rédigée pour le public, les collègues scientifiques et les responsables gouvernementaux. 

Qui a rédigé la Déclaration ?

La Déclaration a été rédigée par le Dr Jay Bhattacharya, le Dr Sunetra Gupta et le Dr Martin Kulldorff.  Un membre de la famille et un journaliste ont apporté leur aide pour la formulation, la grammaire et la relecture. Personne d'autre n'a vu la déclaration avant qu'elle ne soit complétée dans sa forme finale.

Quand la déclaration a-t-elle été rédigée, signée et publiée ? 

La déclaration a été rédigée du 2 au 4 octobre 2020. Elle a été signée le 4 octobre, après quoi elle a été envoyée aux collègues scientifiques. Elle a été rendue publique le 5 octobre.

Qui est à l'origine de la Déclaration ?

Le Dr Kulldorff a invité le Dr Bhattacharya et le Dr Gupta dans le Massachusetts pour enregistrer une vidéo présentant une alternative à la stratégie actuelle de COVID-19. Lors de leur rencontre, les trois hommes ont spontanément décidé de rédiger également une courte déclaration pour résumer leur réflexion. 

Pourquoi la Déclaration a-t-elle été signée à Great Barrington ?

La déclaration a été rédigée et signée à l'American Institute for Economic Research, situé à Great Barrington, dans le Massachusetts. L'Institut a aimablement proposé son aide pour l'enregistrement vidéo, en fournissant un lieu, du matériel et un caméraman à titre gracieux. 

Comment les cosignataires ont-ils été sélectionnés ?

Après avoir terminé la Déclaration, les trois auteurs ont envoyé un courriel à quelques collègues pour leur demander s'ils étaient prêts à la cosigner. La plupart ont accepté. Ces plus de 30 cosignataires initiaux figurent sur la première page, ainsi que d'autres qui ont été ajoutés ultérieurement.

Tout le monde peut signer la déclaration ?

Oui, via le formulaire en ligne. 

Toutes les signatures en ligne sont-elles réelles ?

Non. Certains farceurs ont ajouté de fausses signatures, comme celles du Dr Johnny Bananas, du professeur Spon'Ge'Bob SQ.UarePants, du Dr Neal Ferguson, du professeur Ware Thamask et du Dr Person Fakename. Dans une étrange tournure, un journaliste s'est vanté sur Twitter d'avoir ajouté des faux noms, après quoi d'autres journalistes ont critiqué la Déclaration pour ses fausses signatures. Quoi qu'il en soit, les fausses signatures représentent moins de 1 % du total, et la plupart ont été supprimées du compteur. 

Quelqu'un a-t-il été payé pour écrire ou signer la Déclaration ?

Aucun des auteurs ou cosignataires n'a reçu d'argent, d'honoraires, d'allocations ou de salaires de qui que ce soit, que ce soit pour la Déclaration ou l'enregistrement vidéo.

Les trois auteurs ont-ils des conflits d'intérêts ?

Le Dr Kulldorff travaille sur des subventions de recherche des National Institutes of Health, des Centers for Disease Control and Prevention, de la Food and Drug Administration et du Fund for Public Health à but non lucratif de la ville de New York, dont certaines sont liées à COVID-19. Il n'a jamais accepté ou reçu de financement de la part de sociétés pharmaceutiques, ni d'aucune autre grande entreprise.

Le financement de la recherche du Dr Bhattacharya au cours des 22 dernières années de sa carrière provient presque entièrement de subventions des National Institutes of Health, de la National Science Foundation, du ministère américain de l'Agriculture, et de la participation à des contrats avec le Center for Medicare and Medicaid Services (CMS) et la Food and Drug Administration (FDA) par l'intermédiaire d'un groupe de recherche contractuel gouvernemental, Acumen, LLC. Il n'a jamais accepté ni reçu de financement de la part de sociétés pharmaceutiques ou de toute autre grande entreprise.

Au cours des 30 dernières années, le financement de la recherche du Dr Gupta s'est fait principalement par le biais de bourses de recherche et de bourses d'études du Wellcome Trust et du Conseil européen de la recherche.  Elle a également reçu des fonds de l'UKRI, de la Royal Society, du Leverhulme Trust, de la Emily and Georg von Opel Foundation et de l'Oxford Martin School. Avec le Dr Craig Thompson, elle a mis au point une nouvelle méthode de production d'un vaccin universel contre la grippe (dérivée d'un modèle mathématique), qui a été homologuée et fait l'objet de tests préliminaires. Elle ne détient aucun contrat de consultant ni aucune action dans une société commerciale.


A propos

Vous l'aurez sans doute remarqué, le monde a un petit peu changé depuis le premier trimestre 2020. Pas facile de s'y retrouver parmi ce flot ininterrompu de news, infos, brèves, reportages, débats télévisés, même des encarts publicitaires... Beaucoup trop d'info tue l'info. Pourtant il en a sûrement sur ce site dont vous n'avez pas encore eu connaissance. Servez-vous et partagez.

Une image

Croire que l'industrie pharmaceutique lutte contre les maladies, c'est comme croire que les fabricants d'armes luttent pour la paix
Croire que l'industrie pharmaceutique lutte contre les maladies, c'est comme croire que les fabricants d'armes luttent pour la paix

A lire

Mémoires vives
Edward Snowden
Le virus et le Président
Jean-Loup Izambert et Claude Janvier

La vraie info est ici

Tags